Comment Octave Klaba, fondateur d’OVH, a créé une multinationale en 20 ans ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Décembre 1999, Pennsylvanie, Etats-Unis.

Octave est nerveux.Il descend sur le tarmac de l’aéroport. Premier voyage aux États-Unis pour le tout jeune ingénieur de 24 ans. 

Muni d’une adresse notée sur un bout de papier, il cherche son chemin vers  la maison de son contact américain. Dans  son sac à dos, le minimum vital et surtout un imposant  ordinateur. Un serveur pour être plus précis, c’est-à-dire une machine sur laquelle on héberge des sites web. 

Ça y est , il a trouvé son chemin, le voilà devant l’adresse de son correspondant. octave prend le temps d’observer le bâtiment avant de frapper à la porte. 

La maison affiche à l’avant, sur la pelouse, le traditionnel drapeau américain et si l’on penche la tête sur la droite on peut apercevoir, derrière, un cabanon en bois.

L’homme qui lui ouvre, l’accueille avec un grand sourire. Octave et lui ont déjà échangé par mail, ils ont même conclu un accord. Octave l’aide à trouver des clients en échange de l’hébergement de ses sites web.

Après avoir installé Octave dans une chambre du haut, il l’invite à le suivre au fond du jardin. 

« Octave, viens avec moi, je vais te montrer les serveurs qui me permettent d’héberger tes sites. »

À la grande surprise d’Octave, le jeune américain, se dirige alors vers le cabanon au  fond du jardin.

Là où Octave s’attendait à une salle moderne remplie d’ordinateurs, il découvre une simple  table en bois sur laquelle trônent 2 vieux PC. Sur le sol, traînent des câbles  branchés sur une ligne téléphonique en cuivre !!

Octave n’en revient pas… tous les sites qu’il anime depuis les Etats-Unis sont hébergés là-dessus !? Il pose sur la table le serveur qu’il a apporté et commence à le brancher directement. 

Octave vient de découvrir le métier d’hébergeur web. 

Je vous emmène aujourd’hui sur les pas de Octave Klaba, le fondateur d’OVH qui a créé une boîte familiale devenue une  multinationale en l’espace de 20 ans.

Le Podcast l’apprenti

Comment Octave Klaba, fondateur d'OVH, a créé une multinationale en 20 ans ? L'apprenti

Table des matières

Les Klaba, une histoire familiale forte

La création et les débuts d’OVH: Octave ne lâche rien

Octave Klaba, un patron atypique prend les rênes de l’entreprise et va à l’étranger

Crise de croissance et crise pour Octave et OVH

Octave, un bâtisseur et un joueur de rock

Les Klaba, une histoire familiale forte

L’histoire d’Octave s’inscrit d’abord dans une trajectoire familiale forte. 

Son grand-père, rejoint la France dans les années trente pour travailler comme mineur à l’instar de milliers d’autres polonais comme lui, avant de revenir vitre en Pologne après la seconde guerre mondiale.

Il ne quittera plus la Pologne, malgré son passeport français, le rideau de fer est passé par là.

En Pologne, le passeport français des klaba suscite la méfiance des autorités.  Ce qui n’empêche pas le père d’Octave,  Henryk, d’avoir des ambitions. Gros bosseur,il va même jusqu’à diriger un kolkhoze de 550 personnes et de 2 000 hectares en Silésie, la partie orientale de la Pologne.

Halina, sa femme, ingénieure comme son mari Henryk accouche encore étudiante d’Octave en 1975 puis 7 ans plus tard de Miro.

La vie en Pologne dans les années 80 est laborieuse.On est loin de trouver de tout dans les magasins. Les parents d’Octave rivalisent d’ingéniosité pour faire face à l’incurie du système à grand renfort de système D. Une famille d’ingénieurs sans cesse en recherche de solutions. 

1983.

Premier coup du destin pour le jeune Octave, l’achat d’un ordinateur en lieu et place d’une voiture. Le prix est le même : l’un est disponible ce jour-là, l’autre pas.

Très vite Octave s’accapare la machine. Plus à l’aise derrière un clavier qu’avec ses petits camarades, dès 9 ans il commence son apprentissage de l’informatique.

Il apprend à coder en lisant des journaux rapportés par son père et de fil en aiguille  finit même par développer un logiciel pour gérer les salaires du Kolkhoze.

Son savoir-faire dépasse rapidement le cadre de son village isolé et à partir de 1987, des voisins et même des entreprises extérieures font appel à ses services. Octave débogue alors les ordinateurs en échange de barre de chocolats : luxe ultime des pays de l’est. 

La chute du mur de Berlin avec l’ouverture des frontières accélère les choses. 

Les Klaba, marqués par l’histoire du grand-père n’ont qu’une envie: repartir en France.

Pour les parents, il s’agit d’une décision importante qui ne peut être prise qu’en famille. 

En 1989, Halina et Henryk convoquent donc Octave et Miro pour une réunion importante : l’ordre du jour  choisir pour la famille Klaba  entre la Pologne et la France:

« Octave, Miro, pour nous, il est trop tard pour refaire notre vie ailleurs. Mais est ce que vous voulez aller en France ou rester en Pologne ? »

Sans hésitation les 2 frères répondent : Oui, oui à l’aventure française

Une fois la décision prise, la famille vend tous ses meubles et économise durement pendant 1 an. 

Un an après la chute du mur, ils quittent la Pologne à bord d’une vieille trabant pour atterrir le 12 avril 1990 à Saint-Amand-les-Eaux à côté de Valenciennes.

Henryk  se trouve un poste de tourneur-fraiseur et un an plus tard, il est déjà responsable maintenance chez Case Poclain, fabricant de matériel de chantier. 

La vie reste dure, notamment pour les garçons. Octave qui ne parle pas français rétrograde de la Seconde à la 4e et ses difficultés ne l’aide pas à se faire des amis.

Heureusement, ses compétences en informatique ignorent la barrière de la langue et très vite il se voit confier de petits développements. Contre l’un d’eux, il se voit même offrir une mobylette !

Loin d’être anecdotique, cette mobylette se révèle un formidable outil de liberté pour Octave qui en a tant besoin.  Sa vie sociale commence, il se fait des amis et monte même un groupe de Heavy metal ! 

Le couple Klaba n’est pas venu en France pour végéter, ,il lance à Roubaix, en parallèle du boulot du père, une société qui vend des produits de décoration et de parfums pour la maison : Mariélys 

Une entreprise familiale dans laquelle Octave se retrouve donc naturellement à travailler en parallèle de ses études d’ingénieur à Lille.

Octave intègre dans la foulée un groupe de Webmasters et commence à coder des sites. 

Mais très rapidement, il se retrouve à l’étroit.

L’hébergeur américain qu’il a trouvé est régulièrement en surcharge et plante.

Octave ne se laisse pas démonter par la situation, direct : il  envoie un mail à l’américain qui gère les serveurs.

« Tu m’héberges chez toi et je t’aide à trouver de nouveaux clients ! »

Le voilà donc, le 2 décembre 1999 dans un avion, direction la Pennsylvanie.

La création et les débuts d’OVH: Octave ne lâche rien

Au moment où Octave découvre la cabane en bois et les 2 ordinateurs qui font office de serveur, il n’en croit pas ses yeux. l’installation s’apparente plus à du bricolage qu’à un centre d’hébergement professionnel.

Octave retrousse ses manches et aide son ami américain à installer un nouveau serveur. Les deux hommes bossent pendant plusieurs jours pour améliorer l’infrastructure dans le froid au fond du jardin.

Pour Octave les choses apparaissent clairement : 

Moi aussi, je peux faire de l’hébergement mais en mieux, en  beaucoup mieux.

Et surtout, je dois pouvoir tout faire moi-même.

Fin 1999, il quitte les Etats-Unis et retourne en France pour commencer un job d’ingénieur chez Alcatel. L’expérience tourne court en moins de cinq semaines. 

Octave s’ennuie prodigieusement chez Alcatel et se promet une seule chose: plus jamais !

Il décide de se lancer à fond dans  OVH, l’association qu’il a créée deux mois avant son départ pour la Pennsylvanie.

OVH comme diminutif d’Oles Van Herman, son surnom de Geek sur les réseaux et les forums (OVH sera renommé plus tard, On Vous Héberge).

OVH, c’est d’abord une association qui aide gratuitement les gens à héberger leur site. Petit à petit, il ajoute d’autres services –  toujours gratuits – des logiciels pour améliorer les performances des sites qu’il héberge.

Si ses parents veulent qu’il prenne un vrai métier d’ingénieur… lui est bien décidé à faire autre chose, il aime trop la liberté. Et OVH est la structure rêvée pour faire ce qu’il aime et sans contrainte 

Début 2000, il arrive à  convaincre ses parents et  le père d’une amie de se lancer dans l’aventure.  ils lui prêtent 7 000 euros.

L’association OVH disparaît et devient une véritable entreprise.

Octave s’appuie sur l’entreprise familiale, Marielys et sur ses locaux. Le pacte familial est simple ! On réinvestit tous les bénéfices.

Octave vit chez ses parents et passent ces années en véritable ermite. Stakhanoviste, il dort même dans la salle des serveurs.

Il fait tout lui-même avec l’aide active de son père, maintenant convaincu par l’obstination de son fils.

Henryk construit ainsi les 1ers serveurs, il sait tout faire. Les locaux de Mariélys, la société parentale sont aussi mis  à contribution.

Mais OVH commence à manquer de place et la climatisation de serveurs surchauffés posent de véritables problèmes techniques. 

Le destin frappe à sa porte quelques mois plus tard.

Il rencontre – en ligne – Xavier Niel qui vient de lancer Free.

Octave lui explique son projet et ce dernier, emballé, lui trouve une cave rue Amelot, à Paris dans le 11e arrondissement, un ancien centre de données abandonné de Free.

Xavier Niel se souvient : « C’était les années 2000. On me dit qu’on a un garçon dehors, avec ses serveurs. Il débutait, on lui a offert un espace gratuit dans le 11e arrondissement à Paris. Il dormait devant ses machines car il travaillait tout le temps ! »

Octave y installe ses premiers serveurs sur Paris.

C’est dans cette cave, qu’Henryk, fait la découverte qui va  changer beaucoup de choses.

Il crée un circuit hydraulique qui pompe de l’eau dans une nappe phréatique à plus de 50 mètres sous terre et la fait circuler dans un tuyau de refroidissement pour abaisser la température des serveurs.

La consommation d’énergie est divisée par quatre, tout comme la facture EDF.

Ils peuvent alors multiplier la quantité de serveurs au m2 et donc abaisser les prix d’hébergement significativement.

En 2003, Niel enthousiasmé par la vision d’Octave va encore plus loin.  Il lui prête l’argent que lui refusent les banques. Sans difficulté, le prêt est remboursé en tout juste deux petites années. 

Octave ouvre un centre de 3000 m2 avec serveurs dans le 19e arrondissement à Paris. 

Chez les Klaba, on déteste devoir de l’argent et dépendre des autres.

De sa rencontre avec Niel, il va tirer une leçon importante et fondatrice: tout faire soi-même pour contrôler la chaîne de valeur… et donc pouvoir proposer les meilleurs prix.

En 2004, le 1er data center ouvre à Roubaix.

Tout est fait maison et désormais, toute la famille travaille chez OVH.

Marielys, l’entreprise de décoration est fermée.

Henryk est président de la structure, Halina, la maman est DRH et Miro, le petit génie de l’informatique de la famille et petit frère d’Octave, est responsable de la R&D.

Ces polonais à l’accent marqué at au français parfois approximatif  sont pourtant regardés avec mépris par le milieu de l’internet en ce début des années 2000.

Certains leur affublent  même le terme de « Clodo-computing » … Clochard du net, moquant leur manie de tout faire eux-même.

Seul Niel, le pornocrate leur voue une véritable admiration… en particulier pour Octave qu’il qualifie de génie.

Les années suivantes vont très vite donner raison à Niel.

Octave Klaba, un patron atypique prend les rênes de l’entreprise et va à l’étranger

Octave au fil des années  s’affirme comme le boss d’OVH,  entouré par sa famille qui continue de jouer un rôle actif.

En 2004, construction du siège social puis d’un data center à Roubaix.

Octave, hyperactif  s’installe en Pologne pour lancer la 1ère filiale d’OVH puis suivent l’Afrique et l’Espagne.

Octave ouvre les nouveaux marchés et s’active pour lancer les nouveaux produits. Le reste de la famille tient en main la gestion.

Il s’impose comme le visionnaire et le créatif de la famille, celui qui voit toujours avec un coup d’avance.

Le seul problème ?

Il s’ennuie vite.

Alors les projets s’enchaînent.

2 data-centers sont ouverts entre 2008 et 2011 toujours sur Roubaix, vite rebaptisé par Octave : Roubaix Valley.

Octave et OVH, inconnus des médias, sortent de l’anonymat en 2010, le jour où Wikileaks, le site de Julien Assange, chassé des Etats-Unis, trouve refuge sur ses serveurs. 

Eric Besson, ministre de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique de l’époque, veut faire interdire l’hébergement d’OVH en France.

Octave s’érige alors en défenseur des libertés et malgré les pressions du ministre ne cède rien. 

En 2011, OVH devient le numéro 1 de l’hébergement en Europe avec 400 collaborateurs et 100 millions d’euros de CA. Mais l’Europe ne suffit plus à Octave qui voit plus grand.

Le voilà parti au Canada, avec avec femme et enfants, pour lancer l’aventure américaine.

Un investissement de 90 millions d’euros pour un des plus grand data-center au monde sur le site d’une ancienne usine d’Aluminium au Québec.

La charge de travail est énorme pour Octave… qui comme à son habitude veut  tout faire tout seul. Il se retrouve au four et au moulin de cet énorme  projet industriel et commercial. 

Janvier 2012, alors qu’il porte un routeur particulièrement lourd dans le data center, une douleur au dos lui lance un premier avertissement. 

Il continue malgré tout de bosser. Il veut finir. 

La douleur augmente de jour en jour, mais à l’hôpital de Montréal, ils ne détectent rien. 

C’est un Octave saturé d’anti douleur, marchant avec de grandes difficultées, qui débarque en France en Août 2012. À l’hôpital ou il est transporté, la réponse tombe quelques jours après.

C’est un cancer.

Pendant 6 mois sa vie est suspendue. 

Trois mois de chimio ont finalement raison du cancer début 2013.

Entre-temps, le fameux data center du Canada s’ouvre en juin 2012.

Début 2013, Octave reprend donc ses fonctions opérationnelles chez OVH… qu’il abandonne en 2015 à un CEO.  Il prend conscience de ses  limites pour développer OVH à ce niveau. Il reprend le rôle qu’il aime par-dessus tout, celui de directeur technique.

Mais il ne peut s’empêcher de garder un œil sur tous les sujets et notamment ceux du bien-être des salariés.

Pour Octave, OVH est une grande famille.

Il organise régulièrement des soirées au pied levé dans sa grande maison de de Marcq-en-baroeul, la banlieue chic de Lille..

Octave  reste simple et accessible et communique en permanence sa vision aux salariés par mail.

Une communication qui pose souvent problème dans une société de maintenant 2000 personnes. Octave ne respecte ni hiérarchie, ni conventions. Rien  ne doit  entraver – ne serait-ce d’une once – sa liberté.

Il rêve pour lui comme pour les autres d’une société sans hiérarchie ou tout le monde gagne bien sa vie.

On en est encore loin mais en 2016, Octave prend une décision qui va changer la trajectoire d’OVH.

Une décision qui va à l’encontre de ses valeurs. 

Crise de croissance et crise pour Octave et OVH

2016 est l’année du tournant pour Octave.

Jusqu’à présent sa famille et lui sont les seuls  actionnaires d’OVH.

Pour le reste, il s’est financé avec des prêts et d’autres dispositifs. Tout ce qui lui a permis de garder son indépendance.

Mais ce n’est plus suffisant. l

Le monde des data center, ultra concurrentiel, nécessite de gros investissements, impossible pour une société familiale. Octave ne peut construire qu’un data-center par an alors qu’il faudrait en ouvrir une cinquantaine par an pour suivre le rythme de la croissance.

Il franchit donc le pas et ouvre son capital à 2 fonds d’investissement américains : KKR et Towerbook en juillet 2016.

Ceux-ci injectent alors 250 millions d’euros dans la structure pour 20% des parts et une valorisation de 1 milliard d’euros… ce qui rend Octave officiellement très riche !

Le plan de développement passe du qualificatif de progressif à …monstrueux.

Plus de 1000 nouvelles personnes en 3 ans, un CA qui passe de 250 millions d’euros à 1 milliard en 5 ans.

Le CEO qui avait remplacé Octave est repositionné dans la boite et Octave reprend le poste pour piloter sa vision. 

En face de lui se trouvent les géants américains, Amazon et Microsoft. 

C’est un choc pour toute l’entreprise qui n’est pas prête à « scaler » aussi vite. OVH porteur d’une forte culture orale et peu habituée au process à l’image d’Octave se retrouve dans la tempête.

Et dans ce Chaos, OVH fait même l’acquisition d’un opérateur du cloud, VMware cloud computing, qui le propulse directement sur le marché américain.

C’est ce même  chaos… qui amène les fonds à taper du poing sur la table.

Entre recrutements, process mal organisés, et chocs culturels, la maison OVH tremble.

La grogne monte en interne, de nombreux salariés du début ne se reconnaissent plus dans l’entreprise.

Le père même d’Octave, Henryk, s’engueule avec son fils sur cette stratégie. En privée, mais aussi en réunion comme ce jour ou il lui dit de but en blanc : 

Je ne comprends pas cette stratégie !

S’ensuit des échanges vifs entre les deux.

OVH vit sa première crise de croissance.

Finalement, en juin 2018, Octave cède à nouveau la place à un CEO de métier, Michel Paulin, un ancien de SFR.

Un expert à qui il revient de structurer et d’organiser la croissance.

Mais les chiffres de vente restent décevants et les résultats de l’entité américaine ne sont pas au niveau attendu.

Face à cette situation, Octave ne baisse pas les bras. Il part s’installer début 2019 au Texas dans la filiale américaine pour comprendre et corriger les problèmes.

Il n’y reste que quelques mois jusqu’à fin 2019.

Il pilote les sujets de stratégie chez OVH… tout en gardant un oeil sur l’opérationnel et notamment les équipes de dev.

Octave a désormais plusieurs objectifs dans son agenda personnel:

L’introduction en bourse d’OVH bien sûr … mais  surtout la musique, sa passion d’adolescent qu’il a  repris après son cancer.

Octave, un bâtisseur et un joueur de rock

Octave reste donc focus en ce milieu d’année 2021 sur l’introduction en bourse d’OVH Cloud qui aura lieu en fin d’année. Avec cette opération, il espère bien remercier les salariés de la première heure.

Son plaisir à lui, il le retrouve plus dans la musique, avec son album concept qu’il a conçu fin 2020. L’occasion pour lui de se remettre à la guitare, son amour de jeunesse. 

Entre-temps, les questionnements stratégiques d’Octave et le passage du temps ont aussi laissé des traces dans l’OVH familial.

Son père a pris du recul et s’implique dans d’autres projets.

Sa mère, Halina, après un AVC en 2016, a arrêté toute activité.

et son frère bien que toujours directeur technique  à vue son influence s’amoindrir.

Octave reste seul maître à bord d’OVH Cloud mais une fois la société introduite en bourse que fera Octave Klaba ?

Octave reste un  innovateur, un constructeur.  Créer et développer sont les seuls moyens pour lui de donner du sens à son existence. 

La réponse est peut-être à chercher du côté de Blade, une société de Cloud computing qu’il a récemment reprise au nez  et à la barbe de Xavier Niel. Une pépite technologique qui propose une nouvelle vision de l’informatique.

Octave arrivera-t’il à en faire une nouvelle licorne ? À Y insuffler sa vision et son envie des débuts ?

Il en est persuadé en tous les cas. 

Et ça, c’est une autre histoire.

Notes

Le podcast Tech Off – Octave Kabla

Des Interviews d’ex salariés d’OVH – Merci à eux.

OVH, le ch’ti qui fait trembler les géants du Net

La famille Klaba règne sur l’hébergement de sites Internet

OVH, L’Internet giga familial

OVH, la face cachée de l’Internet français

Octave Klaba, itinéraire du geek surdoué polonais fondateur d’OVH

Après deux ans à marche forcée, OVH lève le pied

OVH avance d’un pied ferme – OVHcloud Blog

OVH : Octave Klaba, le grand patron de  » Roubaix Valley « 

La fortune de Octave Klaba et sa famille – Les 500 plus grandes fortunes de France – Challenges

About Octave Klaba: French entrepreneur, OVH owner and chief technical officer (born: 1975) | Biography, Facts, Career, Wiki, Life

Octave Klaba – Wikipédia

OVHcloud – Wikipédia

Interview Octave Klaba : OVH lance son data center au Canada

Octave Klaba, fondateur d’OVH : les pieds sur terre, la tête dans le cloud

Octave Klaba s’installe au Texas pour tenter d’imposer le cloud OVH aux Etats-Unis

L’hébergeur OVH va ouvrir son capital à l’américain KKR allié à Towerbrook

OVH s’offre le cloud de VMware

Vous voulez avoir le prochain épisode en 1er et les coulisses ?

Table des matières